lundi 1 mai 2017

Y'en a marre - Va chier avec ta tolérance !



La tolérance. Ce mot qu'on utilise partout, de plus en plus, pour montrer qu'on "accepte les différences", qu'on est "pas raciste", "pas homophobe", etc. Mais la tolérance, qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que c'est, sinon mettre une barrière, une position d'infériorité à celleux qu'on "tolère" ?

T'es pas d'accord, Poiscaille ? Alors laisse-moi te citer cette splendide citation d'Albert Jacquard, philosophe, généticien et biologiste émérite :

"Tolérer, c'est accepter du bout des lèvres, c'est bien vouloir, c'est, de façon négative, ne pas interdire. Celui qui tolère se sent bon de tolérer, celui qui est toléré se sent doublement méprisé pour le contenu de ce qu'il représente ou de ce qu'il professe et pour son incapacité à l'imposer. L'intolérance, auto défense du faible ou de l'imbécile, est certes une marque d'infantilisme, mais la tolérance, concession accordée par le puissant sur de lui, n'est que le premier pas vers la reconnaissance de l'autre ; d'autres pas sont nécessaires qui aboutissent à "l'amour des différences"."

Éloge de la différence : La génétique et les hommes


Les mots sont importants, et ces citations le montrent bien, en décortiquant le sous-entendu de la tolérance. Tolérer, c'est accepter en se laissant une réserve. C'est autoriser la différence en y mettant un bémol, une hiérarchisation entre le toléré et le tolérant.
C'est aussi se dédouaner, se montrer bon, un peu comme après une confession. C'est si flatteur de se sentir tolérant. Mais le mépris est là, fort, dédaigneux, hautain. La définition donnée par Le Larousse est sans équivoque : tolérer, c'est considérer avec indulgence quelque chose, un comportement, ne pas le punir, le laisser passer.

C'est étrange, parce que, quand j'étais jeune, dans les années '90, on parlait de respect. Ce vocable était dans les chartes de nos classes, de nos Clubs, dans les discours, dans la culture, la musique, les médias. Au fil du temps, le respect s'est mué en tolérance. Tu la sens venir, la grosse arnaque ?

Tu penses peut-être que c'est pas grand chose, cette nuance sémantique. Que le choix des mots n'est pas bien grave, du moment que y'a un bon fond derrière. Pourtant, la langue française regorge de synonymes, de définitions, de vocabulaire. Cette langue est riche, et nous permet de faire passer des messages au plus près de nos pensées. Pourquoi s'en priver ?

Et surtout, il y a le vécu. Toute ma vie, je me suis sentie "toléré.e". A l'école, parmi mes "ami.e.s", aux scouts, en famille, ... Toute ma vie, je me suis sentie "acceptée sous réserve". Seul.e.s quelques personnes m'ont respectée. En les côtoyant, j'ai enfin senti la puissance du respect, de ses implications, de sa définition intrinsèque, mais aussi de la violence arrogante de la tolérance.

Ce sentiment d'être toujours mal venue mais on-n'a-pas-le-choix-faut-se-la-coltiner, d'être évitée "avec tolérance", il ne m'a jamais vraiment quitté. Toute mon enfance, mon adolescence, ma vie de jeune adulte, j'ai eu l'impression de n'être jamais assez bien pour que les autres m'acceptent à part entière, de tout mon être.

Tu vas me dire que ça n'a pas grand chose à voir avec la tolérance, que ces gens n'étaient que des hypocrites. Et t'aurais raison. Cela dit, cette sensation d'être comme un cheveu dans la soupe, on me le faisait avaler sous de grands principes d'amitié, d'acceptation doucereuse. "On est toustes pareil.le.s". La belle blague. La tolérance, c'est ça. Une belle blague.

Alors, si tu veux émettre des idées d'adhésion à la différence, sans préjugés ni jugements, parle de respect. De bienveillance. De considération de la différence dans sa beauté et sa diversité. J'en ai marre de voir les gens clamer leur tolérance comme s'ielles étaient des grands sages, magnanimes, clairvoyant.e.s. On n'est pas "toustes pareil.le.s". On est "toustes différent.e.s". Allez chier avec votre tolérance et vos bons sentiments guimauve débordants de miel.
On demande votre respect. Pas votre condescendance.


jeudi 23 février 2017

Sélection de produits cosmétiques - Mes trouvailles en Allemagne

Salut Poiscaille !

Aujourd'hui, je vais te faire profiter d'une décortication de produits cosmétiques trouvés lors d'un de mes voyages récents en Allemagne. Céparti !




Labels : NaTrue, Vegan
Aqua, Sodium Coco-Sulfate, Coco-Glucoside, Betaine, Glyceryl Oleate, Citric Acid, Sodium Chloride, Sodium Benzoate, Limonene**, Citrus Aurantium Dulcis Peel Oil**, Potassium Sorbate, Linalol**, Mentha Arvensis Leaf Oil*, Parfum.
* ingrédients issus de la culture biologique contrôlée
** extraits contenus dans les huiles essentielles naturelles

La compo est presque un sans faute ! Seul bémol, la présence de parfum en bout de composition. Il aurait pu être composé des Huiles essentielles de citron vert et de menthe des champs uniquement, dommage.

Mon avis : Un gel douche tendre, à prix encore plus doux. Quand je l'utilise, ma peau est protégée, douce. Et au sortir de la douche aussi ! Sa texture gel tient bien. Seul regret de ma part, son odeur trop mentholée. Je m'attendais plus à une odeur d'agrumes. A part ça, je suis ravi !



Labels : NaTrue, Vegan
Aqua, Glycine Soja Oil*, Butyrospermum Parkii Butter*, Glycerin, Alcohol*, Glyceryl Oleate Citrate, Parfum**, Cetyl Alcohol, Xanthan Gum, Potassium Cetyl Phosphate, Vanilla Planifolia Fruit Extract*, Citrus Tangerina Fruit Water*, Prunus Amygdalus Dulcis Oil*, Tocopherol, Helianthus Annuus Seed Oil, Ascorbyl Palmitate, Linalool**, Benzyl Salicylate**, Limonene**, Coumarin**, Citronellol**, Citral**, Benzyl Alcohol**, Geraniol**, Farnesol**
* ingrédients issus de la culture biologique contrôlée 
** extraits contenus dans les huiles essentielles naturelles

Cette compo est un sans faute cette fois. Les allergènes proviennent des Huiles essentielles, donc sont moins dangereux.

Mon avis : une lotion corporelle à nouveau à prix doux, avec une compo du tonnerre. Elle s'étale très bien, peu de produit suffit pour faire une jambe. Par contre, à nouveau je suis déçue du parfum : je m'attendais à des agrumes, mais le produit sent plutôt l'amande douce. De plus, ma peau est trop sèche pour ce produit, qui ne nourrit pas assez mes jambes. Je le conseille donc aux peaux normales, ou qui n'ont pas trop besoin d'être nourries ou hydratées. A part ces bémols, ce produit est très bon, tout comme la marque. Fonce, Poiscaille !


Labels : NaTrue, Vegan
Aqua, Denat Alcool*, Glycine Soja (Soybean) Oil*, Glycerin, Butyrospermum parkii (Shea) Butter*, Polyglycéryl-3 Dicitrate/Stearate, Cetearyl Alcohol, Dodecane, Plukenetia Volubilis Seed Oil*, Beta Vulgaris Extract, Hydrolyzed Corn Starch, Rhus Verniciflua Peel Wax, Punica Granatum Seed Extract*, Pyrus Cydonia Fruit Extract, Xanthan Gum, Sodium Stearoyl Glutamate, Tocopherol, Helianthus annuus (Sunflower) Seed Oil*, Lactic Acid, Sodium Lactate, Sodium Hydroxide , P-Anisic Acid, Rosmarinus officinalis (Rosemary) Leef Extract*, Parfum (Fragrance)**, Limonene**, Linalool** 
* issu de l' agriculture biologique 
** huiles essentielles naturelles

La compo est presque sans faute, à part la présence de l'alcool dénaturé et du Dodecane. Non seulement l'alcool dénaturé est moyen pour la peau, mais en plus c'est le second sur la liste, donc le plus dosé après l'eau. Dommage. Le Dodecane, lui, est une version naturelle de paraffine, utilisé uniquement s'il est d'origine végétale pour coller aux labels bio. Après recherches sur le net, ce composant a l'air passable, mais il pourrait être polluant ou dangereux pour la santé. Affaire à suivre donc. A éviter ou non, c'est à toi de voir. Enfin, le parfum est issu des Huiles essentielles, un très bon point.

Mon avis : Cette crème est sympa mais me brulotte un peu la peau lors de l'application. Cela dit, cette sensation passe très vite. La crème est un peu légère pour l'hiver, elle convient mieux à ma gueule pour la mi-saison. A part ça, elle s'étale bien, fait son taf. Bref, un chouette produit, pas cher, que j'aurais bien racheté s'il n'y avait pas de Dodecane.


Labels : NaTrue, Vegan
Aqua (Water), Alcohol Denat*, Vitis Vinifera (Grape) Seed Oil, Butyrospermum Parkii (Shea) Butter*, Glycerin, Polyglyceryl-3 Dicitrate/Stearate, Cetearyl Alcohol, Cocos Nucifera (Coconut) Oil*, Dodecane, Plukenetia Volubilis Seed Oil*, Beta Vulgaris (Beet) Root Extract, Hydrolyzed Corn Starch, Caprylic/Capric Triglyceride, Rhus Verniciflua Peel Wax, Punica Granatum Seed Extract*, Euphrasia Officinalis Extract*, Alaria Esculenta Extract, Sodium Hyaluronate, Xanthan Gum, Sodium Stearoyl Glutamate, Lactic Acid, Sodium Lactate, Tocopherol, Helianthus Annuus (Sunflower) Seed Oil*, P-Anisic Acid, Sodium Hydroxide, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Extract*, Parfum (Fragrance)**, Limonene**, Linalool**
* issu de l' agriculture biologique 
** huiles essentielles naturelles

Pas grand chose à dire sur cette compo, à part la présence de l'alcool dénaturé et du Dodecane.

Mon avis : Idem que la crème de jour, à part que bizarrement ce produit ne me crame pas les yeux quand je l'applique. Au contraire, même. Comme quoi, ma peau ne réagit pitet pas à l'alcool mais à autre chose. Bon produit donc, qui s'étale bien, a une odeur douce... Bref, du bon.


Labels : NaTrue, Vegan
Aqua (Water), Alcohol Denat*, Glycine Soja (Soybean) Oil*, Butyrospermum Parkii (Shea) Butter*, Glycerin, Polyglyceryl-3 Dicitrate/Stearate, Cetearyl Alcohol, Theobroma Cacao (Cocoa) Seed Butter*, Dodecane, Plukenetia Volubilis Seed Oil*, Beta Vulgaris (Beet) Root Extract, Hydrolyzed Corn Starch, Rhus Verniciflua Peel Wax, Punica Granatum Seed Extract*, Xanthan Gum, Sodium Stearoyl Glutamate, Lactic Acid, Sodium Lactate, Tocopherol, Helianthus Annuus (Sunflower) Seed Oil*, P-Anisic Acid, Sodium Hydroxide, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Extract*, Parfum (Fragrance)**, Limonene**, Linalool**
* issu de l' agriculture biologique 
** huiles essentielles naturelles

La compo ressemble aux deux autres produits de la même marque.

Mon avis : Une bonne crème, qui ne me brûle pas, s'étale bien, a une bonne odeur douce... Bref, rien à signaler !


Labels : NaTrue, Vegan, BDIH, Cruelty free
Aqua (Water), Coco Glucoside, Sodium Coco Sulfate, Lauryl Glucoside, Glyceryl Oleate, Glycerin, Inulin, Aloe Barbadensis Leaf Juice*, Ananas Sativus (Pineapple) Fruit Extract*, Sorbitol, Betaine, Sodium Cocoyl Glutamate, Disodium Cocoyl Glutamate, Glyceryl Caprylate, Citric Acid, Sodium PCA, Potassium Sorbate, Citrus Medica Limonum (Lemon) Peel Extract*, PCA Ethyl Cocoyl Arginate, Parfum (Essential Oils), Limonene.
* issu de l' agriculture biologique 

La compo est un sans faute. Que du bon !

Mon avis : Lui je l'aime d'amour. Non seulement ma peau est douce sous et hors de la douche, mais en plus son odeur est très sympa. La texture est très bien dosée. Je le préfère au gel douche Terra Naturi à cause de son odeur, même si les deux produits sont très bons. Bref, un coup de coeur pour moi.


Labels : NaTrue, Vegan, BDIH, Cruelty free
Aqua (Water), Sodium Coco-Sulfate, Lauryl Glucoside, Coco-Glucoside, Inulin, Aloe Barbadensis Leaf Juice*, Citric Acid, Betaine, Maris Sal (Sea Salt), Glyceryl Oleate, PCA Glyceryl Oleate, Ginkgo Biloba Leaf Extract*, Olea Europaea (Olive) Fruit Oil*, Arginine, Glycerin, Potassium Sorbate, Phytic Acid, PCA Ethyl Cocoyl Arginate, Parfum (Fragrance)**
* issu de l' agriculture biologique
** huiles essentielles naturelles

Et encore un sans faute pour la compo !

Mon avis : Lui je l'aime d'amour aussi. Non seulement il est agréable à utiliser, mais en plus son odeur est très sympa. Sa texture gel tient bien, sans s'étaler quand on le lui demande pas. J'utilise un après-shampoo ensuite, et mes cheveux sont doux, crissent sous les doigts, sont brillants... Bref, un coup de coeur pour moi.


Pour tous ces produits, j'ai dû payer 17.30€, ce qui est vraiment peu pour des produits bio et labellisés. Je suis un peu déçue par les crèmes de la marque Sante, mais à part un ingrédient inconnu et polémique sur le net, je m'en sors bien !
Les cosmétiques en Allemagne, même en supermarché, valent le coup de s'y attarder. Par contre, ne fais pas comme moi, Poiscaille ; autant y'a parfois des marques avec des emballages dans plusieurs langues, autant ce n'est clairement pas le cas de tous. Il vaut donc mieux avoir un petit lexique ou connaître la traduction de certains mots (peau normale, peau sèche, etc.) pour s'en sortir.
Aussi, vise les produits avec des labels bio, vegan, NaTrue, Nature & Progrès, etc. Ce sont des valeurs bien plus sûres que ce qui traîne dans les rayons de nos magasins.

Et, last but not least, les produits Weleda sont beaucoup moins chers là-bas que chez nous... ;-)

samedi 31 décembre 2016

2017, nouveau chemin vers l'avenir

Salut Poiscaille.

Voilà, 2017 pointe son nez, et il est temps de faire ce qu'il convient de faire (récaps de l'année passée, meilleurs voeux, toussa toussa). Perso, j'ai rien calculé avec ce billet, l'envie de l'écrire est venue y'a 20 minutes seulement, grâce à un message choupi d'une personne attentionnée. M'est venue l'envie de faire le point, et de vous le partager.

De 2016
Cette année a été pas mal shitty, pour beaucoup d'entre nous. Morts, attentats, tristesse, peur et solitude ont été notre pain quotidien. Mais 2016 a aussi été une année avec de belles choses et de petits bonheurs, et ce serait moche de l'oublier. Je vous en ferai pas une liste ici, j'estime qu'ils sont propres à chacun.e. D'un autre côté, ça n'empêche évidemment pas de te souhaiter le meilleur, le bon et le bien pour l'année à venir.
Et ici, ce qui est à venir, c'est exactement de cela dont il s'agit.


De la publication sur le blog
Je vais pas te faire sauter de ta chaise en te le disant, je crois que tu l'as déjà remarqué : je poste plus des masses en ce moment. C'est pas que je n'ai plus rien à dire, au contraire. Simplement, il me manque le temps, l'envie de le faire. Je me suis trop longtemps stressé à me dire "Faut que je publie, faut que je publie", avec évidemment l'effet inverse et un rythme de publication plus qu'aléatoire.
J'ai plus envie de me stresser pour ça. J'en ai déjà assez dans ma vie sans m'ajouter celui-là en prime. Donc, en un mot comme en cent : ce blog n'est pas mort, loin de là, mais ne t'attends pas à ce qu'il sursaute de vie toutes les semaines.
Je suis toujours les commentaires (ici ou sur ma page Facebook) ou les mails que je reçois, et y réponds dans la mesure de mes moyens.

Du choix de sujet des articles
Je parle de beaucoup de choses, ici, et ai abordé pas mal de sujets. L'un des principaux étant la cosméto, conventionnelle ou maison. Ce blog a toujours été à mon image, gloubiboulga de thèmes et de radotages. Ils ont tous un point commun. Moi. Mon histoire. Mon vécu. Mes idées. Mes combats.
Ça fait peut-être pédant de l'écrire ainsi, mais c'est la vérité. Et franchement, vu comment je ressens ce blog, ce serait bête de me le cacher. Et puis, vu la ligne que j'ai envie de lui faire prendre pour l'année prochaine, autant mettre ça à plat. Parce que oui, y'aura du changement.
Et du chambardement, y'en a eu dans ma vie, durant l'année écoulée. Il me tient à coeur d'aborder de nouveaux sujets, de nouveaux points de vues, lié surtout à ma militance féministe. Cela ne veut pas dire que je vais délaisser la cosméto, simplement que mes combats seront plus souvent abordés ici qu'auparavant.

Du féminisme
Je ne saurai pas dire depuis combien de temps je me considère comme féministe. Ç'a été une lente évolution, de plus en plus précise, mais aussi de plus en plus vaste.
Je considère le féminisme comme un chemin, avec des embranchements nombreux. Les passages se croisent, se fondent (voire se confondent), tortueux ou bien carrés, plus ou moins bien éclairés. On peut en louper, rebrousser chemin, perdre ses repères, ou s'enfoncer joyeusement dans l'inconnu. Ce sont les chemins de tous les possibles, pour autant qu'on le veuille, et qu'on accepte d'avoir des cailloux dans ses chaussures ou de se prendre des ornières. Ce n'est pas un long fleuve tranquille.
Je me suis donc engagé sur ces chemins, avec plus ou moins de succès, avec plus ou moins de confiance et de peur. J'en vois les arrivées (l'équité, le respect, la bienveillance, la non violence pour toustes), mais - tu le sais je pense - elles sont loin d'être atteintes. Il y a encore beaucoup de chemin à faire, et plus on s'enfonce dans les chemins, plus on se rend compte du boulot à faire.
Perso, j'ai envie d'y apporter ma pierre, de rapporter mes expériences, mes réflexions sur tout cela. Je crois en ces arrivées, je sais que l'humanité peut s'y rendre. J'aimerais juste que ce soit dans 500 ans et pas dans plusieurs millénaires.


De ma manière d'écrire
Depuis quelques temps, j'essaie d'écrire mes billets de manière inclusive. Ce n'est pas le cas des premiers articles, et si j'ai le temps je les modifierai pour qu'ils le soient.
Du coup, j'utilise des termes peu connus (celleux, iel, ielles, autrice, lecteur.ice.s, ...). J'essaie de faire en sorte que mes articles soient toujours faciles à lire, en privilégiant des tournures de phrase parfois plus longues, mais plus adaptées.
Il se peut, cela dit, que certaines choses échappent à ma vigilance. Je t'invite donc à me le faire remarquer, si tu tombes sur un truc chelou, incompréhensible et/ou blessant. Il est important pour moi d'y faire attention, et de changer ce qui doit l'être.
La seule chose que je demande, c'est que ces changements soient demandés avec bienveillance. Parce que je suis humaine et peux bien sûr faire des erreurs, mais aussi et surtout parce que j'ai des problèmes avec les interactions qui sont (ou que je pense être) violentes.

Des troubles mentaux
Car il est une chose dont je n'ai pas encore parlé, qui sont mes troubles mentaux. Je suis ce qu'on appelle une personne "Etat limite", ou Borderline. Je suis également hypersensible, "haut potentiel" My que je déteste ce mot, dépressive et angoissée. Alors bon, je travaille sur ces problèmes. Mais cela n'empêche pas d'avoir mal lorsque je n'arrive pas à gérer émotionnellement une situation, un rejet (réel ou imaginé), un commentaire blessant.
Grâce au féminisme, j'ai découvert la psychophobie, et des personnes luttant contre celle-ci. Depuis, je me suis découverte moi-même... Il est donc devenu important pour moi de lutter contre toutes les discriminations envers les personnes ayant des troubles mentaux, ou NeuroAtypiques comme nous nous appelons.
Je ne veux plus être honteuse en parlant de tout ça en public. J'aimerais que nous soyons accueillis avec bienveillance envers celleux qui ne le sont pas. Et j'estime que de ne pas parler de quelque chose le rend tabou, caché, invisible. Cela doit changer. Et je compte aborder ces sujet sur ce blog.

De la maladie
C'est une autre de mes réalités. Je suis malade physiquement, sans beaucoup d'espoirs de rémission. Certaines Poiscailles le savent, d'autres non. Je compte aborder ma maladie, d'abord parce que ça me tient à coeur, ensuite parce que je souffre d'une maladie orpheline et invisible, et donc méconnue. Alors, autant mettre direct mes cartes sur la table : mon but n'est pas de me (faire) plaindre, mais de t'informer.
La maladie, orpheline ou non, invisible ou non, est le quotidien de beaucoup de monde autour de nous, souvent sans que nous le sachions. Que la maladie soit psychique ou physique, j'estime qu'il est temps que la société arrête de faire de nous un problème. Je veux apporter ma pierre pour aller dans ce sens.

Du sexe et du genre
Grâce à tout le chemin que j'ai parcouru, j'ai fini par être confronté aux notions de sexe, d'orientations romantiques (en gros qui aime d'amour qui), et de genre. Ces trois choses sont très différentes, lorsqu'on commence à les analyser. Et cela m'a permis de mieux me comprendre,et d'accepter des parties de moi dont je ne soupçonnais pas l'existence.
Grâce à des personnes militantes, j'ai enfin compris mon genre, qui n'est pas aussi conventionnel que je l'aurais pensé. J'ai également compris mes orientations romantiques, et elles aussi sortent du cadre "un homme une femme = un couple". Tout cela a affiné mes pensées et mon combat féministe, le transformant pour quelque chose de plus complexe, mais de plus véritable.
J'ai déjà commencé à aborder ici l'identité transgenre, à raconter mes premiers pas dans ce nouveau mode de pensée. J'espère pouvoir continuer à le faire. En fait non, je veux continuer de le faire.

De la bienveillance, du respect
Pour tous ces sujets, je vais user et abuser de ces deux notions. Le pourquoi me semble évident. A ce sujet, d'ailleurs, je tiens à souligner que je ne veux plus mettre la tolérance à l'honneur. Comme le disait si bien Albert Jacquard : 

"Tolérer, c'est accepter du bout des lèvres, c'est bien vouloir, c'est, de façon négative, ne pas interdire. Celui qui tolère, se sent bon de tolérer, celui qui est toléré se sent doublement méprisé pour le contenu de ce qu'il représente ou de ce qu'il professe et pour son incapacité à l'imposer. L'intolérance, auto défense du faible ou de l'imbécile, est certes une marque d'infantilisme, mais la tolérance, concession accordée par le puissant sur de lui, n'est que le premier pas vers la reconnaissance de l'autre ; d'autres pas sont nécessaires qui aboutissent à "l'amour des différences"."

Je ne veux plus de cette tolérance, qu'on confond avec le véritable respect et la bienveillance. Ce n'est, selon moi, pas un bon outil si l'on veut oeuvrer dans le bon sens. Que ce soit dans mes billets ou en commentaires, je serai attentive à cela.

D'être un.e bon.ne allié.e
Depuis quelques temps, je me renseigne sur plusieurs oppressions que je suis loin de vivre. Le racisme ou la grossophobie, par exemple, en font partie. Etant donné que je ne suis absolument pas concernée par cela, je n'en parlerai pas sur ce blog. Ou, si cela arrive (on est jamais sûr de rien), je ferai en sorte de relayer la parole de celleux qui le sont.
Par contre, il est important, selon moi, de communiquer et d'apprendre le vécu, les paroles, les combats que nous ne vivons pas. Pour ce faire, l'écoute, l'absence de jugement, le respect et la bienveillance sont indispensables, sans quoi rien n'est possible. Il me tient à coeur de faire mon possible pour être une alliée sur lequel les autres puissent compter. De même, j'espère avoir le temps d'aborder ce sujet ici, même si je dois avouer que beaucoup de sites, blogs et articles l'ont déjà fait, et bien mieux que je n'aurais pu le faire. Cela dit, ne fut-ce que partager ces ressources, c'est toucher mon public avec celles-ci. La communication, le partage d'informations me semblent indispensables, si je souhaite que les buts du féminisme soient atteints.


Conclusion
"Les jours changent, pas les humains", ai-je lu sur FB.
J'ai envie de croire que c'est faux. Que, petit à petit, les choses bougent, grâce aux humain.e.s qui se réveillent, s'informent, tentent de faire une différence autour d'eux.
Que ce soit pour la sécurité de nos cosmétiques, des tendances plus écologiques et économiques, pour des avancées marquantes pour les Droits des Femmes et l'éradication des systèmes oppressifs envers les marginalisé.e.s, pour une meilleure vie pour toustes, j'aimerais faire en sorte que 2017 soit meilleure que 2016. En ce qui me concerne, en tout cas, c'est cela qui me fera avancer l'année prochaine.

Je te souhaite, Poiscaille, une année moins merdique que celle que nous quittons, et prie la Chance et le Vivant de t'accompagner plus encore. Que tu puisses offrir du temps à celleux que tu aimes. Que ton monde soit une joie, grâce à toi, à ton respect et ta bienveillance.



Bon réveillon, mes Poiscailles.